DOSSIER PLU /5. Pourquoi réduit-il la part du logement social ?

Bien des villes administrées par la droite refusent d’appliquer les lois relatives à la place du logement social. Elles rejettent toute mixité sociale, en mettant en avant une vision caricaturale du logement social. Il y est considéré à tort comme inesthétique, dévalorisant pour les biens des propriétaires et, surtout, il y est vilipendé comme foyer de misère et de délinquance. Mais c’est oublier que 70% des Franciliens peuvent prétendre accéder au logement social, s’ils le souhaitent, compte tenu de leurs revenus.
A Villejuif, en réduisant drastiquement sa part dans le PLU, c’est en fait à une transformation profonde de la ville et de sa population, basée sur la ségrégation et la sélection par l’argent, qu’œuvre la municipalité. De ville accueillante pour tous, Villejuif deviendrait une ville dont seront exclus ou expulsés, de gré ou de force, les familles modestes et moyennes. Exit les jeunes Villejuifois en quête d’un logement autonome, invités à aller s’installer « en province » ! Exit les agents hospitaliers, les jeunes chercheurs, les ouvriers en poste ou privés d’emploi, les femmes de ménages, les professeurs des écoles, les retraités à faibles pensions, bref tous ceux qui n’auront pas les ressources suffisantes pour continuer à y vivre !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website