DOSSIER PLU / 6. Met-il fin à la spéculation ?

Non, bien au contraire. Il va encore plus la développer, par exemple en n’imposant pas aux promoteurs de construire du logement social. Et entraîner dans la ville une hausse des prix à l’achat et à location plus forte que celle déjà en cours, compte tenu du réseau de transports publics  et de ses équipement publics de qualité – piscine, théâtre, écoles, CMS, conservatoire, MPT… – construits au fil des dernières décennies.
En réduisant la part de l’habitat social qui, financé à l’aide de deniers publics, échappe en grande partie à la loi de la jungle du marché de l’immobilier, le maire UMP-LR ouvre très grand  les portes du territoire communal aux promoteurs privés, marchands de sommeil et autres spéculateurs de tous poils qui profitent de la crise du logement. Déjà les promoteurs privés en veulent plus, couvrant les palissades de chantiers d’annonces de « recherche terrains constructibles ». Et leurs espaces de vente envahissent les trottoirs publics de nos rues, avant même, souvent, que les permis de construire leurs aient été délivrés! Nous sommes bien dans un projet  d’urbanisation inspiré par une vision libérale de droite, où le business – et les profits qui vont avec – va se substituer aux nécessaires valeurs de solidarité et d’intérêt général.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website