Energie : ne nous trompons pas de danger

Les enjeux liés à la production énergétique sont souvent réduits à des débats “d’experts”, des amalgames et autre catastrophisme, notamment sur les risques d’accidents nucléaires. Si le risque zéro n’existe pas, un service public national de l’énergie peut garantir une sûreté de la production nucléaire, en sortant des logiques marchandes.
Cependant, dans le cadre d’une transition écologique, nous devons augmenter la part des énergies renouvelables dans la production globale, cela est évident. Pour autant, la priorité pour notre pays ne peut pas être la sortie du nucléaire, mais devrait être la réduction drastique des énergies fossiles, c’est-à-dire le pétrole, le gaz et le charbon, qui causent des milliers de morts, avec la pollution qu’elles génèrent.
Cela exige, une politique ambitieuse de production d’électricité, qui représente aujourd’hui seulement 23% de la consommation finale d’énergie. La nécessité de réindustrialiser notre pays et la maîtrise des émissions des gaz à effets de serre ramène ntà la question des choix et en particulier à celui de l’énergie nucléaire.
Le Groupement Intergouvernemental sur les Enjeux Climatiques (GIEC) reconnaît clairement que cette énergie nucléaire est indispensable pour contrer le réchauffement climatique : si rien n’est fait les cinq degrés de plus à la fin de ce siècle rendraient la planète méconnaissable et incapable de nourrir ses 10 milliards d’habitants. Il ne serait pas plutôt là le véritable danger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website