Ensemble, pour défendre Villejuif des prédateurs de la finance

Analyse financière rétrospective de la ville de Villejuif 2008-2013

Analyse prospective de la ville de Villejuif

A la manière d’une bande annonce de la «Paramount Picture» promettant monts et merveilles, le maire UMP de notre ville, Franck Le Bohellec,  s’échine depuis avril dernier à nous faire saliver sur de prétendues révélations tonitruantes sur les comptes de la ville.

Elles étaient annoncées pour le mois d’août,  les voilà enfin,  après quelques semaines de retard sans doute bien- venues pour tenter  de donner un brin de crédibilité à l’audit commandité sur les finances de la ville. Peine perdue ! De ces déclarations et «révélations», il ne reste aujourd’hui rien qu’un vague sentiment d’arnaque en Com’. Un sentiment  conforté à  la lecture de « Villejuif Notre Ville », où s’alignent de grossiers mensonges pour essayer de faire passer la pilule amère de l’austérité et de la casse du service public qui sont promis aux Villejuifoises et Villejuifois.

1er mensonge. Dès la «Une » du journal –  faut-il le rebaptiser  « Le Figaro Notre ville» ? – ce titre : «Que nous dit l’audit des finances de Villejuif?».

Bonne question ! Mais le savez vous à l’issue de la lecture du journal ? Le savez vous en allant sur le site internet de la ville? Le savez-vous en interrogeant les conseillers municipaux, tant ceux de la majorité que de l’opposition, qui normalement, comme dans toute collectivité  démocratiquement administrée, auraient du avoir entre les mains ce document annoncé comme  si important ?  Non et pour cause. Payé très cher avec les impôts  des Villejuifois – un gaspillage quand on sait que les principaux indicateurs financiers de la ville sont accessibles… gratuitement sur www.collectivités-locales. gouv/finances-locales-communes-, ce document en principe public, n’était toujours pas disponible à l’heure où ces lignes sont écrites, le 9 octobre. Ni publié dans le journal. Ni  mis en ligne sur le site. Encore moins remis aux élus des Villejuifois, qui sont ainsi méprisés.
Il est en fait retenu dans les ténèbres du secret par le maire et son  adjoint aux Finances. Lorsque, au conseil municipal du 26 septembre, les élus de l’opposition ont demandé à disposer de cet audit, omniprésent dans les interventions des membres de la nouvelle majorité, le Maire leur a répondu qu’il n’était pas diffusable car non bouclé. Or dès le 1er octobre, le journal de la ville était publié en ligne avec l’éditorial du maire consacré à cet audit.  Alors, pourquoi le Maire refuse-t-il, au mépris de la loi, de la démocratie, de la citoyenneté et de la transparence dont il se réclame tant,  de remettre ce document au conseil municipal et de le publier? Pourquoi a-t-il menti sciemment à des élus de la République? Pourquoi ce document n’est-il toujours pas consultable 4 semaines (au minimum) après qu’il l’a eu entre les mains les mains?

 2e mensonge. Dans son éditorial, le Maire franchit la ligne rouge en affirmant que «la Ville était en situation d’insolvabilité ». Mais de qui se moque-t-on ?

Une ville ne peut pas être insolvable car ses comptes sont en équilibre comme le prévoit la Loi. Par ailleurs, comme dans toutes les villes de France, les comptes de Villejuif sont contrôlés annuellement par le préfet et régulièrement par la Chambre régionale des comptes. Ce fut le cas d’ailleurs en 2013 avec un rapport public accessible – lui- sur le site régional de la Cour des comptes. A aucun moment ce rapport ne fait état d’une situation d’in- solvabilité, ce qui de toute façon aurait entrainé la mise sous tutelle de la ville. Ce qui n’est évidemment pas le cas. Comme le dit le dicton, quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage. C’est très exactement ce que fait le Maire. Mais lui il ne veut pas tuer le chien, mais bel et bien  en finir avec l’idée même d’un service public municipal. Il  tient lieu dans notre pays de référence depuis des décennies, et bien de ses prestations sont aujourd’hui guignées par les grands groupes  du privé à la recherche de nouveaux marchés sources de profits. Stade nautique Youri Gagarine, premier théâtre décentralisé de la banlieue, splendide médiathèque, conservatoire des beaux arts, écoles de qualité, crèches municipales, séjours de vacances pour les enfants à tarifs accessibles…Voilà ce que les Villejuifois ont bâti dans l’intérêt général. Voilà ce que les amis locaux de J-F.Copé et N.Sarkozy veulent retirer aux Villejuifois en le livrant aux appétits du privé. Car c’est bien là le seul et unique but de ce tissu de mensonges: justifier la baisse programmée de 20% de tous les moyens municipaux dès 2015, avec des conséquences importantes sur le pouvoir d’achat des familles usagères des services publics de la ville.
Les communistes ne laisseront pas faire. De Villejuif à l’ensemble du pays, nous travaillons aux rassemblements les plus larges pour mettre fin à la dictature de l’austérité,  en vogue de l’hôtel de Matignon à l’hôtel de ville de Villejuif pour le plus grand bonheur des banquiers et le plus grand malheur de tous nos concitoyens.

Dans l’immédiat, pour en finir avec la politique du mensonge dont le maire est friand, à l’image de son mentor N. Sarkozy, et pour que toute la transparence soit faite sur la situation réelle de notre ville, nous exigeons :

• La publication intégrale des audits commandités par la Ville et des rapports de la Chambre régionale des comptes. Chaque Villejuifois pourra ainsi se faire sa propre opinion et prendre connaissance des contrevérités de Mon- sieur Le Bohellec. 

• L’organisation rapidement, une fois ces audits publiés, d’un débat contradictoire public avec le maire de Villejuif  sur la situation des finances de la ville.  Nous ferons ainsi devant les Villejuifois la démonstration que les communistes et les élus PCF n’ont eu de cesse d’œuvrer à la défense de l’intérêt général et du service public municipal.

Chiche Monsieur Le Bohellec ?

Share Button

One thought on “Ensemble, pour défendre Villejuif des prédateurs de la finance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website