LA SOLIDARITE PLUS FORTE QUE L’INJUSTICE

Alertés, les militants pour le droit au logement (la C N L.) et les communistes de Villejuif s’étaient rassemblés dès le 25 octobre avant l’aube devant leur domicile pour faire « obstruction » à l’huissier et à la police. Avec réussite car ceux-ci ont dû repartir bredouilles. Ils ont prolongé leur vigilance, se sont relayés du jeudi au lundi, le jour où le tribunal a suspendu l’expulsion jusqu’à la trêve qui dure du 1er novembre au 1er mars.

Cette mesure inique, d’un autre temps, prenait ici un caractère odieux, visant une femme et son fils souffrant d’un handicap. Cela donne à cette victoire une valeur particulière, la justice « a tranché en faveur des plus démunis », disait un militant. Arrachée par l’action déterminée, elle nous apprend que la solidarité n’est pas vaine et qu’elle permet de rétablir la justice sociale.

Il y a maintenant quatre mois pour que les élus et services compétents, l’association de locataires trouvent une solution pour résoudre la question de la dette et trouver une solution de logement à un prix abordable pour la famille.

Les élus de la majorité municipale ne semblent pas faire partie des personnes compétentes sur ce dossier. Le Maire, pourtant très communicant, est resté silencieux. Il avait pourtant promis il y a trois ans sous la pression des mêmes organisations, de mettre en place une commission paritaire d’élus, de services sociaux et d’associations pour affronter et régler les problèmes bien en amont avant l’irréparable expulsion . Mais le maire n’a pas donné suite, depuis trois ans, estimant sans doute qu’une expulsion de plus, ça fait des « pauvres » en moins dans la ville.

Quant à la députée, alertée par la presse, elle est restée muette ! Comme toujours …

Pourtant, au moment où les mauvais coups portés par Macron et son gouvernement provoquent tant de misères et de désespoirs, ce terrible drame de l’expulsion peut frapper aujourd’hui chacune et chacun d’entre nous. Personne n’est à l’abri d’un accident de vie dans cette société si cruelle et inhumaine.

Autant de raisons qui déterminent l’action des communistes en agissant concrètement contre cette procédure barbare et en formulant des propositions garantissant ce droit fondamental au logement. Cela passe en particulier par un encadrement du prix des loyers, par une lutte sans merci contre la spéculation immobilière et par la production en nombre suffisant de logements accessibles à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website