Le PCF au côté des enseignant.e.s, des personnels et des parents

Opposés à la loi Blanquer, les enseignants, les personnels de l’Éducation Nationale, mais aussi les parents d’élèves et les élèves s’organisent contre cette réforme ; le mouvement d’une grande ampleur s’est ainsi déployé dans notre département, se traduisant par des journées de grève.

C’est une toute autre politique que les communistes veulent porter pour nos établissements, celle de l’école de l’égalité et de l’émancipation, celle de la réussite de tous, à l’opposé du projet néo-libéral, de Blanquer et Macron.

Alors le 26 mai prochain, jour des élections européennes, ne laissons pas les libéraux et l’extrême droite s’emparer de l’Europe, donnons de la force à ceux qui luttent pour une Europe des gens contre celle de l’argent, avec Ian Brossat.

Cette liste conduite par Ian Brossat, composée pour moitié d’ouvriers et d’employés, porte un projet émancipateur pour l’école, dont voici les axes :

La création d’un fonds européen pour les services publics financé par la Banque Centrale Européenne (BCE) pour que l’argent public soit intégralement au service de l’école publique : pas plus de 25 élèves par classe et pas plus de 25 en maternelle, la gratuité de toutes les composantes de l’enseignement y compris les sorties, les voyages, le transport et les équipements, une revalorisation des salaires et un plan de titularisation mettant fin à la précarité dans les écoles.

Donner à toutes et tous le temps d’apprendre. Prolonger la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans. La réussite de tous les élèves, au plus haut niveau, quelque soit l’origine sociale : construire une école pensée pour celles et ceux pour qui l’école est indispensable pour réussir.

La politique du Maire de Villejuif en direction des agents territoriaux accompagne avec zèle elle du gouvernement. : de nombreux postes ne sont pas pourvus, de nombreux services fonctionnent en sous effectifs, les instances paritaires ne sont pas respectées, les personnels sont méprisés, brimés, sanctionnés.


Cette situation est particulièrement criante dans les écoles et lourde de conséquences : c’est la qualité de l’accueil et de la restauration scolaire pour les enfants qui est remis en cause.


Leurs revendications sont justes : titularisations, remplacements, matériel et outils adaptés, respect et concertation.


Les élus et les militants communistes de Villejuif partagent ces revendications et sont dans l’action avec les personnels pour qu’elles débouchent sur des engagements clairs de la part de la municipalité.

Nous tenons à rappeler au Maire de Villejuif que le service public n’est pas une entreprise, sa mission est uniquement de répondre à l’intérêt général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website