L’ÉQUILIBRE DE VILLEJUIF EST MIS EN DANGER

Deux ans après l’adoption du nouveau plan local d’urbanisme, faisons le point sur sa mise en oeuvre.

Il y a cinq ans l’actuelle majorité faisait de la lutte contre la densification et le bétonnage un de ses arguments électoraux. On croit rêver quand on voit l’état de la ville et surtout les projets municipaux. Mais vers quel mur nous emmène-t-on ?

Le maire prévoit 9 000 logements et imagine une ville à 90 000 habitants pour 2026.  non seulement cela n’a absolument aucun intérêt pour les Villejuifois, mais cela condamne notre ville.

Le logement

Ceux qui sont en attente d’un logement n’en auraient pas plus dans 10 ans, le paradoxe c’est que plus  y a de logements plus le taux de logements sociaux est bas.

Allez vivre ailleurs !  L’exclusion se confirme aujourd’hui pour les jeunes, la plupart des agents du service public, dont les agents hospitaliers, les retraités à faibles ressources, les familles monoparentales….

Les loyers qui sont fixés par les fameux investisseurs sont hors de portée de leur budget.

Une ville dortoir sans vie économique, ni emplois nouveaux ni commerces de proximité en quatre ans.

Le logement social est stigmatisé comme foyer de délinquance dont la prévention a justifié la création tapageuse et onéreuse de la police municipale. Il serait inesthétique et dévalorisant pour la valeur des biens des propriétaires voisins. Alors que la solution réside dans la véritable mixité sociale  avec l’accès au logement social à tous ceux qui peuvent y prétendre.

L’équilibre urbain

Le secteur pavillonnaire serait soi-disant sanctuarisé par la Municipalité. Il est aujourd’hui menacé : nombre de riverains des rues tranquilles de Villejuif sont sous la pression des promoteurs alléchés par les profits et guidés par le Maire. C’est ainsi l’équilibre de notre ville qui est menacé. Un équilibre qui avait été entretenu par toutes les municipalités à direction communiste. La nouvelle majorité de droite n’avait qu’espaces verts à la bouche.

Non seulement aucun n’a été créé depuis quatre ans, mais elle en détruit  avec des projets de constructions au milieu d’espaces verts aux Lozaits ou à côté de la cité Jacques Duclos, alors que plein d’associations ont des projets de jardins urbains.

Heureusement pour les Villejuifois que le Conseil Départemental met bien à l’abri de la spéculation immobilière le Parc des Hautes-Bruyères.

Le business ou la solidarité

Les équipements publics sont les grands absents du projet mégalo de la Municipalité, sans doute parce qu’il n’ont aucun intérêt dans la course aux profits.  Mais alors comment seront satisfaits les besoins publics ? Les écoles, les crèches, la santé, les lieux de culture, les équipements sportifs seraient gérés par le secteur marchand ?

Les dispositions prises par la majorité au conseil municipal –  plus de présentations des permis de construire ni des attributions de marché aux élus  – augmente les craintes d’une ville complètement sous contrôle des marchés. Les fameux débats expresso vont ils permettre de réfléchir à tout ça ou en resteront-ils aux brèves de comptoirs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website