UN LOGEMENT DE QUALITE POUR TOUS : C’EST UN DROIT, PAS UN LUXE

Le logement est la première préoccupation. Il est au cœur de l’insécurité sociale dans laquelle nous plonge l’économie de marché. Censé être un droit inaliénable, il est réduit à une marchandise et devient inaccessible dans les zones urbaines à cause de la spéculation immobilière, pour la plupart des jeunes, mais aussi des salariés et des personnes âgées.

« C’est idiot de baisser l’APL (aide personnalisée au logement) de 5 € » disait le président de la République. Moralité, elles vont diminuer de 60 € ! Alors que dans le même mouvement, le gouvernement Macron prépare la suppression de l’impôt sur la fortune. Cette mesure va peser principalement sur les locataires des logements sociaux, mais pas seulement, les locataires du parc privé subiront tout autant cette injustice.

Les loyers ne baisseront pas en conséquence, pire, ils vont certainement augmenter dans les zones dites tendues, notamment à cause de la dérégulation du marché voulue par Emmanuel Macron. Alors que logement social est aujourd’hui un des piliers du secteur du bâtiment, qu’il y a un enjeu économique, social et écologique considérable à rénover les HLM, de manière à répondre aux besoins nouveaux des Français.  Les choix politiques du gouvernement et de Monsieur Le Bohellec vont à l’encontre de ces urgences.

À Villejuif, cette politique a commencé dès 2014, il s’agissait de réduire le taux de logements sociaux, afin de privilégier la spéculation et l’économie de la rente.

La petite opération de publicité mensongère du 13 octobre, en compagnie de la présidente de la région Valérie Pécresse, pour l’ouverture de quelques dizaines de logements sociaux, rue Marcel Gromesnil (programmée par l’ancienne municipalité avant 2014), ne peut cacher la réalité : « A Villejuif, le logement social est sacrifié ». Les habitants du quartier Lebon/Lamartine le savent et se mobilisent avec leur amicale de locataires contre la destruction de 261 logements.

L’existant, en particulier le patrimoine de l’OPH géré par la municipalité est négligé, mal entretenu. On ne répond plus aux besoins des locataires. Cela sans attendre les mesures anti-logement social du gouvernement Macron. Le personnel est réduit, les services aux locataires sont privatisés et le suivi du travail réalisé par ces entreprises est déplorable.

Pendant ce temps, les chantiers menés par les promoteurs immobiliers essaiment la commune. Quasiment tous pour construire des logements qui ne sont pas pour les Villejuifois, en particulier ceux qui attendent un logement social depuis plusieurs années. Qu’ils aillent ailleurs! Entend-on depuis plus de trois ans venant de la mairie ! Ce mépris est indigne.

Les solutions existent : le logement social, souvent diabolisé (« ghettos », « nuisances », « délinquance ») peut répondre aux besoins de 75 % de la population : tous ceux qui y sont éligibles dans notre région. On peut lutter contre la spéculation, construire à des coûts maîtrisés et permettre à tous de se loger dans des conditions dignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website